GFN_horiz_100

Le Jour du Dépassement de la Terre marque le lancement de 100 Days of Possibility (100 Jours de Possibilité) à l’approche de la COP26

Lancée par Global Footprint Network, l'EPA écossaise et Schneider Electric, l’initiative 100 Jours de Possibilité met en lumière les moyens d'action dont dispose chaque pays, ville ou entreprise pour se préparer aux conséquences de la dette écologique. Ces solutions permettent également de faire reculer la date (#MoveTheDate) du Jour du Dépassement de la Terre.

SOUS EMBARGO JUSQU’AU 29 JUILLET, 12H01 HEURE LOCALE

OAKLAND, Etats-Unis —29 juillet, 2021 100 Days of Possibility est dévoilé aujourd’hui, Jour du Dépassement de la Terre, par Global Footprint Network et l’EPA écossaise. Cette initiative présente des solutions éprouvées et reproductibles à grande échelle, qui contribuent à rétablir l’équilibre entre l’Empreinte Écologique de l’humanité et les ressources biologiques que les écosystèmes naturels de la planète peuvent régénérer durablement.

Alors que les récents événements météorologiques extrêmes suscitent de plus en plus d’inquiétudes et que le monde tarde à réagir face à la dette écologique, les représentants gouvernementaux des pays membres des Nations Unies seront réunis à Glasgow dans 100 jours à l’occasion de la COP26, considérée comme le sommet de la dernière chance pour l’action climatique mondiale.

« Personne n’a rien à gagner à attendre pour agir, indépendamment de ce qui se passe à la COP, » a déclaré Laurel Hanscom, PDG de Global Footprint Network. « La pandémie a démontré que les sociétés peuvent évoluer rapidement face à une catastrophe. Mais se laisser prendre au dépourvu a entraîné un coût économique et humain incontestable. Face à un avenir prévisible, marqué par le changement climatique et la limitation des ressources, les individus, les institutions et les gouvernements qui se préparent s’en sortiront mieux. Le consensus mondial n’est pas une condition préalable à la reconnaissance de sa propre vulnérabilité aux risques, donc que chacun prenne sans délai des mesures décisives, » a-t-elle ajouté.

Bien que largement annoncée, la relance « verte » tarde à venir et le statu quo prévaut toujours, alimenté par les objectifs politiques et financiers à court terme. Cette posture conduit inéluctablement à un risque économique ingérable, puisqu’elle se soldera par l’immobilisation de tous les actifs incompatibles avec le changement climatique et la concurrence accrue pour l’accès aux ressources naturelles.

En vue d’assurer une prospérité et un bien-être durables pour tous, l’ingéniosité va être de mise pour résoudre le problème le plus pressant de l’humanité : la dette écologique.

Heureusement, de nombreuses solutions existent déjà aujourd’hui pour inverser la tendance et favoriser la régénération biologique.

« Il nous faut accélérer de trois à cinq fois les initiatives pour réduire les émissions de CO2 en vue de respecter la trajectoire de 1,5°C de l’Accord de Paris, » a souligné Olivier Blum, Directeur général Stratégie & Développement Durable Schneider Electric. « Pour relever ce défi ensemble, il faut désormais se concentrer sur des actions concrètes ayant un impact à court terme, à savoir l’adoption des technologies et solutions numériques et électriques qui existent aujourd’hui. »

Les opportunités proviennent de tous les secteurs de l’économie : technologies ou services commercialement disponibles, stratégies de développement des gouvernements locaux, politiques publiques nationales ou pratiques vertueuses soutenues par les initiatives de la société civile et du monde universitaire.

« Prendre pour boussole la prospérité de tous selon les moyens écologiques de notre planète, a transformé la manière dont notre agence de réglementation travaille notamment avec les entreprises écossaises et les soutient. Au-delà de l’application de la loi, nous les aidons à imaginer ce que sera leur réussite dans une économie décarbonée et dématérialisée et à prendre des décisions stratégiques en conséquence, » a déclaré Terry A’Hearn, PDG de l’EPA écossaise.

Ressources complémentaires

À propos de l’Empreinte Écologique

L’Empreinte Écologique est la mesure comptable exhaustive de la demande humaine en ressources biologiques. Elle agrège tous les services et produits fournis par les zones biologiquement productives de la planète — nourriture, bois, fibres, séquestration du carbone, ainsi que l’espace pour l’habitat et les infrastructures. Actuellement, l’Empreinte carbone représente près de 60 % de l’Empreinte Écologique de l’humanité.

À propos de Global Footprint Network

Global Footprint Network est une organisation internationale qui aide le monde à vivre selon les moyens de la Terre et à répondre au changement climatique. Depuis 2003, nous nous sommes engagés avec plus de 60 pays, 40 villes et 70 partenaires mondiaux à fournir des informations scientifiques qui ont permis de prendre des décisions politiques et d’investissement à fort impact. Ensemble, nous créons un avenir où chacun d’entre nous peut s’épanouir dans les limites des ressources écologiques de notre planète. www.footprintnetwork.org

À propos de l’Agence écossaise de protection de l’environnement

SEPA est le principal organisme de réglementation environnementale d’Écosse. Chaque jour, SEPA s’efforce de protéger et d’améliorer l’environnement de l’Écosse, en aidant les communautés et les entreprises à prospérer dans le cadre des ressources de notre planète. C’est ce que nous appelons One-Planet Prosperity. Nous aidons également l’Écosse à se préparer plus efficacement à l’aggravement futur des inondations, en tant qu’autorité nationale de prévision des inondations, d’alerte aux inondations et de gestion stratégique des risques d’inondation. www.sepa.org.uk

Contact media

Laetitia Mailhes
+33 650 979 012 (France)
laetitia.mailhes@footprintnetwork.org