GFN_horiz_100

Le Jour du Dépassement de la Terre grimpe au 29 juillet

Les économies modestes de ressources écologiques enregistrées en 2020 en raison de la crise sanitaire ont été de courte durée, ce qui souligne l'urgence d’une reprise économique conçue pour permettre à tous de prospérer dans les limites du budget écologique de la planète—à commencer par l’action locale.

GLASGOW, Royaume-Uni (4 juin 2021) – Le Jour du Dépassement de la Terre 2021 sera le 29 juillet. Susan Aitken, leader du conseil municipal de Glasgow, l’a annoncé aujourd’hui au nom de Global Footprint Network et de l’Agence écossaise de protection de l’environnement (SEPA).

« À plus de cinq mois de la fin de l’année, ce 29 juillet nous aurons épuisé le budget planétaire de ressources biologiques pour 2021. Si nous avions besoin d’un rappel de l’urgence climatique et écologique à laquelle nous sommes confrontés, le Jour du Dépassement de la Terre s’en charge, » a-t-elle déclaré.

Le Jour du Dépassement est presque remonté au niveau de 2019, après avoir été momentanément repoussé en 2020 par les restrictions causées par la pandémie de coronavirus. Les principaux facteurs sont l’augmentation de 6,6 % de l’Empreinte carbone par rapport à l’année dernière, ainsi que la diminution de 0,5 % de la biocapacité forestière mondiale due en grande partie au pic de déforestation en Amazonie—rien qu’au Brésil, 1,1 million d’hectares ont été perdus en 2020 or les estimations pour 2021 indiquent jusqu’à 43 % d’augmentation de la déforestation par-rapport a l’an dernier.

« Alors que la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes sera lancée demain à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, ces données montrent clairement que les plans de relance de l’ère post-COVID 19 ne peuvent réussir à long terme que s’ils s’appuient sur la régénération et la gestion raisonnée des ressources écologiques, » a déclaré Laurel Hanscom, PDG de Global Footprint Network.

Chaque année, le Jour du Dépassement de la Terre marque la date à laquelle l’humanité a utilisé autant de ressources biologiques que ce que la Terre peut régénérer pendant toute l’année. L’humanité utilise actuellement 74 % de plus que ce que les écosystèmes de la planète peuvent régénérer, soit ‘1,7 Terre’. Depuis le jour du Dépassement de la Terre jusqu’à la fin de l’année, l’humanité fonctionne en déficit écologique. Le rythme actuel de consommation des ressources écologiques est parmi les plus importantes depuis que le monde est entré en situation de dépassement écologique au début des années 1970, selon les Comptes Nationaux d’Empreinte et de Biocapacité basés sur les données de l’ONU.

En 2021, l’Empreinte carbone des transports reste inférieure aux niveaux antérieurs à la pandémie. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les émissions de CO2 des transports routiers et des vols intérieurs devraient rester inférieures de 5 % aux niveaux de 2019, tandis que les émissions des vols internationaux devraient être inférieures de 33 %. En revanche, les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie devraient rebondir et augmenter de 4,8 % par rapport à l’année dernière, car la reprise économique stimule la demande des énergies fossiles. En particulier, il est estimé que l’utilisation mondiale du charbon augmentera en 2021, contribuant à hauteur de 40 % à l’Empreinte carbone totale cette année.

Abandon nécessaire du statu quo

L’année dernière, alors que la pandémie frappait le monde entier, les gouvernements ont démontré qu’ils sont capables d’agir rapidement, tant en termes de réglementation que de dépenses publiques, lorsqu’ils placent la protection de la vie humaine au-dessus de tout autre considération. Le spectre de la « grande tempête » qui se profile, tandis que les impacts du changement climatique et la sécurité des ressources biologiques convergent, exige le même niveau – voire davantage – de vigilance et d’action rapide de la part des décideurs.

« En novembre, c’est un monde fatigué qui tournera son attention vers l’Écosse et la COP26 où, ensemble, nous choisirons de créer prospérité ou misère dans le contexte des contraintes écologiques inéluctables de notre planète. Nous pouvons, et devons, tirer parti de la pandémie—notre capacité globale à planifier, à protéger et à agir au bon moment. L’innovation écossaise a permis de mener la révolution industrielle ; en 2021, le sommet de Glasgow et l’avenir que nous choisissons en tant que communauté, ville, entreprise ou pays, offrent un réel espoir pour une nouvelle révolution de neutralité carbone, » a déclaré Terry A’Hearn, PDG de SEPA.

Grâce à leurs infrastructures et à leur autorité législative au niveau local, les villes ont toute latitude de façonner l’efficacité de leur utilisation des ressources et, ainsi, leur futur. Exposées en première ligne de front des impacts du changement climatique et des contraintes liées aux ressources écologiques, les villes ont pour priorité absolue d’aligner leurs plans de développement sur leurs objectifs de résilience, indépendamment des accords internationaux.

« Les villes sont des laboratoires vivants idéaux pour l’innovation sociale et environnementale, offrant un apprentissage important en situation réelle pour créer les solutions et les transformations nécessaires. Par ailleurs, les universités ont l’obligation d’agir en partenariat avec leurs villes pour accélérer les transformations vers un avenir juste et durable, » a déclaré Pr. Jaime Toney, directrice du Centre for Sustainable Solutions de l’Université de Glasgow. « Nous travaillons avec une approche basée sur les personnes et leur lieu de vie spécifique, afin de contribuer au changement positif d’une ville que, tous, nous voulons résiliente au climat et porteuse d’un héritage qui perdure au-delà de la COP26. »

« Puisse ce Jour du Dépassement de la Terre être notre appel au front, » a déclaré de son côté Susan Aitken, cheffe du conseil municipal de Glasgow. « En novembre, les yeux du monde entier seront tournés vers Glasgow, hôte de la COP26, le sommet sur le climat où se prendront les décisions qui guideront notre planète vers un avenir plus sûr et plus durable. Nous avons l’opportunité ici, à Glasgow, de montrer au monde ce que nous mettons en œuvre au niveau municipal pour répondre à l’urgence climatique et écologique. Ensemble, faisons de notre planète notre priorité et faisons bouger la date [#MoveTheDate] du Jour du Dépassement.”

Ressources complémentaires

Infographie à télécharger
Comment a été calculé le Jour de la Terre 2021
Comment comparer la date du Jour du Dépassement à celles des années précédentes
Données sur l’Empreinte Écologique pour plus de 200 pays et régions

À propos de l’Empreinte Écologique

L’Empreinte Écologique est la mesure comptable exhaustive de la demande humaine en ressources biologiques. Elle agrège tous les services et produits fournis par les zones biologiquement productives de la planète — nourriture, bois, fibres, séquestration du carbone, ainsi que l’espace pour l’habitat et les infrastructures. Actuellement, l’Empreinte carbone représente près de 60 % de l’Empreinte Écologique de l’humanité.

À propos de Global Footprint Network

Global Footprint Network est une organisation internationale qui aide le monde à vivre selon les moyens de la Terre et à répondre au changement climatique. Depuis 2003, nous nous sommes engagés avec plus de 60 pays, 40 villes et 70 partenaires mondiaux à fournir des informations scientifiques qui ont permis de prendre des décisions politiques et d’investissement à fort impact. Ensemble, nous créons un avenir où chacun d’entre nous peut s’épanouir dans les limites des ressources écologiques de notre planète. www.footprintnetwork.org

À propos de l’Agence écossaise de protection de l’environnement

SEPA est le principal organisme de réglementation environnementale d’Écosse. Chaque jour, SEPA s’efforce de protéger et d’améliorer l’environnement de l’Écosse, en aidant les communautés et les entreprises à prospérer dans le cadre des ressources de notre planète. C’est ce que nous appelons One-Planet Prosperity. Nous aidons également l’Écosse à se préparer plus efficacement à l’aggravement futur des inondations, en tant qu’autorité nationale de prévision des inondations, d’alerte aux inondations et de gestion stratégique des risques d’inondation. www.sepa.org.uk

Contact media

Laetitia Mailhes
+33 650 979 012 (France)
laetitia.mailhes@footprintnetwork.org